lundi 19 avril 2010

ECO-TOURNAGE

Au sortir d'une salle de cinéma, on ignore qu'une production de film demande tant de ressources matérielles pour seulement 90 minutes de visionnement. Pourtant, toute une équipe sort du néant pour créer, tourner et livrer à la satisfaction du public un produit. Elle se dissout quelques temps après sans rendre de compte à personne ni considération à l'égard de son impact environnemental, pour arriver à son seul but: le profit. L'industrie du cinéma laisse des traces plus qu'elle ne le croit. Et ce, sous le couvert du divertissement.
Des gens du métier se questionnent et s'organisent pour réfléchir et agir autrement.  La conférence ECO-TOURNAGE rassemble les morceaux du puzzle, observe le cinéma occidental et souligne les nombreuses initiatives qui se mettent en place partout à travers le monde ces deux dernières années.

François Lessard travaille activement dans l'industrie du cinéma et de la communication à Montréal depuis 20 ans Il partage ses carnets de notes de sa recherche sur une industrie obnubilée par la rançon de la gloire.



Conférence à l'Université du Québec à Chicoutimi, mardi 20 avril 2010.

Voici des liens vers diverses initiatives dans ce domaine
Nouvelle-Zélande : Greening the Screen
Vancouver : Reel Green BC
Toronto : Green Screen Toronto
Montréal : projet Code Vert
Hollywood: Environmental Media Association
Londres:  Green Screen London
Paris: Ecoprod

Article/promotion
Lady Blood, un eco-tournage à La Rochelle
Vancouver Film Studio Goes Green
Case studies: 24 Become First-Ever Carbon-Neutal Television Production
Hollywood goes green
L’initiative environnementale de Vision Globale, le Greenpost,
Les productions du Rapide Blanc, Eco-Clip
Palomar Film
Technopole Angus


Rapport et guide

Rapport économique sur la production cinématographique
et télévisuelle au Canada (pdf de 2009)

SUSTAINABILITY IN THE MOTION PICTURE INDUSTRY (rapport Corbett & Turco, 2006) PDF

Green Practices Manual de Toronto (anglais)

Plusieurs PDF de bonne pratique par la Reel Green BC (anglais)





lundi 12 avril 2010

De l'usage du HashTag #gbuzz sur Twitter

Je monitor le hashtag #gbuzz sur le fil de recherche Twitter depuis le 14 février 2010, 4 jours après la sortie du media social Buzz-Gmail avec l'outil Google Reader (de Google  tous les deux). En 2 mois, je suis surpris de son évolution (linguistique et géographique)pour en déchiffrer un chant du cygne annonciateur de la fin de Gbuzz.  Artefact statistique?
Fontaine de Paulo Cesar

Le #gbuzz fait le tour du monde
Pendant les 13 premiers jours (du 14 au 26 février 2010) les tweets  utilisant le Hashtag #gbuzz sont de langue anglaise, presque autant en espagnole et un peu en français.  On voit bien que Gbuzz se propageait sur tout le continent Nord-Américain.
Le premier pictogramme asiatique dans un tweet utilisant #gbuzz est apparu seulement 13 jours après, le 23 février.  Mais 72 heures plus tard, un raz-de-marée asiatique s'empare définitivement du terme #gbuzz et le monopolise à 99.99% pendant presque 1 mois. Non-stop, plusieurs fois par jour, At Nauseam...  Que des pictogrammes japonais, chinois et coréens (peut-être d'autres régions dont mon navigateur malheureusement ne reconnait pas les symboles).  Et je n'exagère pas. Pas beaucoup d'occidentaux ont rédigé un commentaire. Le #gbuzz était en Asie et seulement là. Pour longtemps.

Et soudain : le silence radio
Le lendemain du 18 mars 2010, subitement: rien, nada, niet.  L'Asie ne répond plus...Et la planète toute entière aussi n'utilise plus #gbuzz . Pendant 3 jours.  Que s'est-il passé durant ces 3 jours?  Mystère! Surtout qu'après cette date, l'Asie cesse d'utiliser le hashtag. Un effondrement total, une extinction massive des tweets asiatiques avec ce hashtag.

Le 21 mars, après 3 jours d'un long silence, un lundi, reprise du signal:  et c'est un francophone (@elandreas) qui ose parler en premier.  Pour nous dire quoi?  Qu'il se désabonne de gbuzz!!  Quelle ironie! Ensuite, le buzz s'atténue de beaucoup. Les #gbuzz ne sont plus qu'utilisés de façons parcimonieuses. Ici et là , la communauté espagnole donne des tweets sur le sujet mais la folie n'est plus de mise. L'Asie semble sortie complètement de l'orbite du hashtag.  Le hashtag va se ranger dans son coin pour dormir quelque part en Amérique latine après avoir fait le tour du monde. Fin du fil RSS.

Le chant du cygne d'une marmotte dégonflée
Le Hashtag #gbuzz est sorti et n'a pas vu son ombre.  L'hiver va se prolonger sur la deuxième tentative de Google de s'inviter dans le monde des médias sociaux après l'échec de GoogleWave.  Il est amusant de le savoir en temps réel grâce à son concurrent Twitter.  Mais c'est du cynisme de le faire compiler en RSS avec Google Reader pour le découvrir... ;-)

vendredi 19 mars 2010

Ecotourisme et avion

 L'écotourisme n'est pas un concept adopté par tout le monde.  Et faire un voyage pour aller dans le sud en utilisant un avion peut, à prime abord , aller à l'encontre de ce concept.

  A partir du moment que vous acceptez l'idée qu'il faut réduire son impact CO2, il n'a pas moyen d'utiliser l'avion sans impact carbone majeur  Adieu le sud pour une semaine!  Il faut y aller en vélo, en bateau ou en voiture électrique! Et surtout:
prendre 1 mois de congé à vos frais!!

Ce n'est plus du paradoxe, on sombre dans la dissonance cognitive! Car tous vos éco-gestes de l'année seraient largement annulés par ce voyage...Faut-il avoir la force de ses convictions? Ou accepter les facilités que nous proposent notre époque?

Dessin de Hellgrewe Rudolf (1860(1860)–1935(1935))

Pour développer sur le sujet:
Le billet de Anne Gouyon nous donnant simplement des pistes prospectives sur le sujet
dessine moi un avion ecolo

Sur le tourisme de masse, une traduction française d'un article du Wall Street Journal:
Le touriste tenté par la classe ecologique

Et pourquoi pas:
le routard a toujours été durable   pour son paragraphe L'insoluble dilemme de l'avion.

Ou ce blog québécois http://blogues.guidesulysse.com/tourisme-responsable/

Et pour finir il y aura en France le premier forum du tourisme responsable
(du 11 au 13 juin à Chambery)


mercredi 17 mars 2010

L'angoisse blanche de la page

 J'ai  bien compris la semaine dernière que je connaissais l'angoisse de la page blanche.  Pleins d'idées se bousculent dans les méandres de mes neurones et peu osent sortir quand je suis devant mon écran blanc.
Je regarde cet espace vierge...  
  All work and no play makes Frank a dull boy. All work and no play makes Frank a dull boy.
  All work and no play makes Frank a dull boy. All work and no play makes Frank a dull boy.
  All work and no play makes Frank a dull boy. All work and no play makes Frank a dull boy.
  All work and no play makes Frank a dull boy. All work and no play makes Frank a dull boy.
  All work and no play makes Frank a dull boy. All work and no play makes Frank a dull boy.
  All work and no play makes Frank a dull boy. All work and no play makes Frank a dull boy.
  All work and no play makes Frank a dull boy. All work and no play makes Frank a dull boy.
  All work and no play makes Frank a dull boy. All work and no play makes Frank a dull boy.
  All work and no play makes Frank a dull boy. All work and no play makes Frank a dull boy.
  All work and no play makes Frank a dull boy. All work and no play makes Frank a dull boy.
  All work and no play makes Frank a dull boy. All work and no play makes Frank a dull boy.
  All work and no play makes Frank a dull boy. All work and no play makes Frank a dull boy.
  All work and no play makes Frank a dull boy. All work and no play makes Frank a dull boy.
  All work and no play makes Frank a dull boy. All work and no play makes Frank a dull boy.

..et  je comprend la difficulté est de voir que dans ce blanc qu'il doit y avoir du texte.  Vous,  vous voyez quelque chose? Une chance que je ne suis pas Jack Torrance.

dimanche 14 mars 2010

Le Mur de Gutenberg

Ma douce me regarde en biais: elle ne me prend pas au sérieux, je le vois bien. Et pourtant, je viens de lui expliquer une nouvelle limite physique: le Mur de Gutenberg! Suivez mon raisonnement...
Jeune Femme avec une Bible de Jan Braet von Überfeld 1866 

Je ne suis pas un lecteur rapide mais si je suis au-dessus de la moyenne, je devrais lire 400 mots/ minute.  Je donne une moyenne de 400 mots par page (ca peut être moins si c'est écrit gros).  Je pourrais donc lire un bouquin de 600 pages en 600 minutes (vous suivez le calcul?).  Bravo, je prend 10 hres pour passer de bout en bout la lecture.

Deux livres top chrono
J'utilise mes périodes libres pour lire.  Disons que je prends 2hres par soir de la semaine pour lire.  Je me tape donc un bouquin en 5 jours.  Je n'ai qu'à commencer le lundi et je finirais le vendredi soir.  Et le week-end?  Ah, au diable le social, je me donne 5 hres par jour le samedi et autant le dimanche, et je viens de me taper une autre bouquin...
Voila mon Mur de Gutenberg.  Je ne suis pas en mesure de faire mieux à moins de couper encore plus sur ma vie sociale, ou de lire plus vite, ou de me rabattre sur le résumé, ou de lire en diagonale. Deux petits livres par semaine!
C'est à ce moment que ma douce m'a regardé de biais.  Elle a pensé que je voulais couper du temps que je lui consacrais pour lire encore plus.... Mmm, à y penser... Je pourrais aller gagner un livre de plus! Non?  A voir son regard, je ne lui ai pas soumis mon idée...

Il ne faut pas oublier que je me suis donner une vitesse de lecture dite soutenue (voir des stats ici)  Si je ralentis, je devrais augmenter le nombre d'heure par jour pour lire.  Ou bien devenir lecteur professionnel et être payé 8 hres par jour pour le faire.

Lecture numérique
Et imaginez que je lis des tweets, des blogs et des buzzs! (parfois Facebook quand je suis de bonne humeur).  Je ne sais plus où me donner de la tête.  Car mon Mur de Gutenberg me dit que je ne pourrais pas tout lire. Une vie n'est pas assez longue pour entamer ce qui se publie annuellement de par le monde.
Exit les livres des Anciens, exit les livres des Lumières, exit tous les coups de coeur que je veux lire...

A savoir que je suis accoté sur ce mur, me fait dire que je dois juste bien rentabiliser mon temps et de ne pas perdre de vue qu'il faut du plaisir à lire et de la qualité dans le contenu.  Le temps est si précieux qu'il ne faut pas le gaspiller à de tristes choses ou de futiles idées moroses... Dans un univers numérique ou avec un livre en papier, la loi du Mur de Gutenberg est implacable.

Allez, je vous laisse,  je ne veux pas vous faire prendre du capital de temps de lecture.  Moi je retourne voir ma douce pour lui donner du temps, un autre temps tout aussi précieux et de qualité.


lundi 8 mars 2010

Lecture du lundi

Un peu de lecture avant de débuter la semaine?

Le Ipad est pour dans 1 mois mais il fait deja de l'ombre à ses concurrents:
iPad, Kindle, Nook, Sony Reader : les intentions d'achat favorables à Apple sur Actualitté.com
"40 % des personnes qui se disaient tentées par l'achat d'un lecteur ebook au cours des prochains mois se laisseront plus volontiers tenter par l'iPad".

Les commentaires sur les blogs se font rares. Mais ce billet contient de bons commentaires qui contredissent le propos même du billet.  Lisez surtout les commentaires de M. Lafreniere :
En 2010 faut-il  encore garder les commentaires sur nos blogs? sur Techtrends
"Elle est bien loin l’époque où le nombre de commentaire définissait la qualité d’un article".


Il n'y a pas une foule mais des foules.  Intéressant billet.  Pour ceux qui ont aimé le mien sur les foules numériques (De l'ochlocratie numérique) vous aurez du plaisir à le lire...
Les 5 foules  sur Zeroseconde

"Le type de foule s'identifierait par le type de résultat, respectivement : construction, données, commerce"


Les extraits en italique sont tirés directement des billets cités et appartiennent à leur auteurs respectifs.

vendredi 5 mars 2010

De l'ochlocratie numérique

Dans la tête du public durant une conférence, il y a des moments , des souvenirs qui nous égarent , des fragments de réflexions fugaces que parfois on couche sur un carnet de note. Avec Twitter , on ne met que tout ca à nu. 

Ce n'est pas parce que Twitter est arrivé avec sa Tyrannie du Flux que le public est devenu plus dissipé. La technologie n'est que le catalyseur, avec en plus sa facilité de partager ou relayer.  C'est ça la nouveauté par rapport au passé.
Le public n'est jamais attentif à 100% dans une conférence: il est captif à 100% seulement. Le numérique, lui, change la donne...
Apollon vainqueur du serpent Python par E.Delacroix,1851

Du point de vue du conférencier, tel un tribun romain , il observe la décadence d'un art en voyant ces barbares hirsutes tweeter durant son discours (à propos de sa conférence, bien entendu, on n'est pas à l'école). Pour le public, l'avènement d'un monde nouveau commence par le contrôle du discours du tribun. L'institution change de l'intérieur , se vide de ces anciens attributs pour se remplir de nouvelles fonctions. C'est la définition de la décadence, c'est aussi le terreau d'une nouvelle culture. Le changement sera-t-il heureux? Le changement ne fait jamais que des heureux.


Le pouvoir des foules en furie
Trois auteurs influents(1), bloggeurs de surcroits, réfléchissent sur l'avènement de la sagesse des foules numérique.
Un pouvoir si terrible pour Pierre Frazer qu'il parle du Flux comme d'un tyran,   "...car il vous oblige à transmettre en temps réel tout ce qui se dit ou se fait à propos de n'importe quoi..." .
Pour sa part, Thierry Crouzet, lui, imagine une démocratie 2.0 basé non seulement grâce à l'internet mais surtout avec le Peer to Peer, et  ...''parle de la nécessité de nouvelles forces de décentralisation".  Mais il doute que l'establishment en place laissera faire cette révolution.
Martin Lessard sur Zeroseconde, pour sa part ajoute qu'il ne faut pas avoir...''peur de l'immédiat (...) dans une société de l'information, la mise en place des éléments du nouvel écosystème exige la présence d'outil de partage démocratique de l'information".

Tous trois placent un espoir, du moins un sens, sur une sagesse des foules toute numériquement mise en lien numérique.

Et pourtant...
  "Vassilis Kostakos, professeur à l'université Carnegie Mellon, vient de publier une étude qui  remet sérieusement en question l'idée de la sagesse des foules (wisdom of crowds), pourtant l'une des grande théorie sur lesquelles se bâti le web d'aujourd'hui." 
...nous apprend ReadWriteWebFrance, reprenant l'article du Technology Review du MIT.  L'étude laisse filtrer une plausible timocratie (2), la prémisse d'une oligarchie du discours. Traduire: peu parle pour tous. Exit la foule sage, salut les groupes noyauteurs. Chassez une élite et une autre arrivera.

Retour à la case départ, on ne sait rien de ce que tout ca va donner...

L'ochlocratie
Cette bête dérangeante donne l'impression qu'un puissant pouvoir, inconnu donc effrayant, est née.  Un changement social indicible mais bien présent se profile.   Lorsqu'un Monarque devient un Tyran, il a franchi une ligne politique où il  place ses intérêts personnels par dessus ceux qu'ils dirigent.  Lorsque la Démocratie, ce pouvoir pour et par le peuple, franchira la ligne politique où les besoins de la foule primera sur les intérêts collectifs de cette même foule, basculera alors notre monde dans une autre directionl'ochlocratie numérique.
Où diable cela nous mènera-t-il?  Ferons-nous le saut dans ce flux? Mais trop de puissants intérêts politiques et financiers freineront ce mouvement pour préserver leur acquis et par peur de l'inconnu...feront en sorte que ce flux ressemblera à notre monde pour le contrôler.  On n'abandonne pas un pouvoir à l'ochlos:  tout d'un coup qu'il ferait pire?... Ou mieux!!


Cette réflexion m'est venu durant une conférence de martinlessard , et diable, si j'avais eu twitter, il aurait bien su que j'avais vraiment la tête ailleurs....


Je vous laisse sur ces mots :  
Le conférencier n’est plus maître de son discours, il est soumis au Flux (P.Frazer)


(1) Théorie des tendances de Pierre Frazer (son site)
Le peuple des connecteurs de Thierry Crouzet (son site)
Pourquoi bloguer, collectif, avec Martin Lessard (son site)

(2) Sur les cycles politiques, la définition de l'anacyclose des grecs anciens donné par Wikipédia pourrait vous aider (ici) mais c'est que j'ai trouvé la définition de timocratie chez un blogeur un peu discret,Samsara

Pour aller plus loin: lire Suzy Canivenc, Docteure en Sciences de l'Information et de la Communication, qui s’interroge sur les nouvelles formes organisationnelles et l'autogestion à l’heure de la société de l’information. Son blog  sa thèse

lundi 1 mars 2010

GreenSpinning vs GreenWashing

Greenspinning > a heavily biased portrayal of a green event or situation

Va- t-on trop loin pour convaincre les gens?   Quand maintenant les animaux doivent se suicider pour nous convaincre, doit-on comprendre que le marketing publicitaire pour nous informer sur le changement climatique tourne à vide?  Il y a le Greenwashing, on a maintenant le Greenspinning.  Ce néologisme se base sur la notion en relation publique du spinning, qui, péjorativement, désigne les manoeuvres fortement biaisées en faveur de son propre point de vue.



On peut embrasser une cause, mais on a pas besoin de s'embarrasser de geeenspinning?  A situation urgent, argument urgent? Démagogie ? On dirait en français Écomagogie comme on dit Écoblanchiment.


Simon Filiatrault (son site) m'a mis sur la piste de ce nouveau phénomène:
Is green propaganda going too far?

vendredi 26 février 2010

La course aux rats


Se pourrait-il que nous puissions agir seul parmi la foule?  On nous dit que notre société prône l'individualisme. Mais moi, je ne vois que des décisions basées sur les autres. Et le plus surprenant, c'est qu'on ne peux pas le retirer de l'équation..


The New York Times photo archive 



Une course aux armements.
Si votre pays voisin est belliqueux , il vous faut vous préparer à vous défendre. Que nous soyons pacifique cela ne change pas grand chose. Et généralement, vous choisissez une arme semblable aux voisins. Et il y aura alors un équilibre des forces qui s'établira jusqu'à la prochaine fois...
Si, en économie , la concurrence est souhaitable, la course aux clients fait en sorte que la dernière saveur du jour est plus prisée.  C'est l'effet de mode.  Avant l'industrialisation de nos société occidentales, la mode existait mais elle était plus lente à faire le tour d'une population, l'effet d'inertie, la lenteur des communications, la faiblesse de la production, ne permettaient pas de voir le changement de façon aussi radicale qu'aujourd'hui.

Une course au durable
Maintenant c'est la vague verte, le tout écologique.  On se demande qui aura son éolienne dans sa cour en premier.  La course aux durables est en soi une bonne chose: pouvoir combiner une bonne pratique avec cette attitude générale des humains à ne pas se faire dépasser par l'autre.  Dans la course à l'énergie renouvelable, à l'évidence le voisin qui possède sa propre source d'énergie alternative est partant favori  lorsque les puits de pétrole seront à sec...
Nous comprenons donc ici tout l'intérêt de voir nos gouvernement à ne pas se faire dépasser par les autres et s'intéresser à développer des sources autonomes et renouvelable d'énergie.  Mais après, qui donc sera prêt à couper le cordon ombilical avec le puits de pétrole pour lancer dans l'aventure du tout renouvellable?  Pas grand monde!...si on analyse l'après COP15 .  Car si vous passez à l 'énergie alternative, si vous diminuez, volontairement, la création de CO2 de vos industries, vous allez fatalement avoir un diminution de production (ou une hausse de vos coûts, ce qui revient au même). Et paf, vous n'êtes plus compétitif et perdez la course.

Qui perd, perd vraiment
Nous avons donc ici, l'envers de la médaille: au jeu de la course on ne peux pas se laisser se distancer.  Qu'importe la course, on perd à ne pas courir. Comme au temps de l'escalade nucléaire où les deux blocs s'affrontant ne pouvaient pas unilatéralement diminuer leurs armements .  Il y a fallu faire de petits pas et beaucoup de réunions pour arriver à diminuer l'arsenal nucléaire simultanément.
Pour diminuer les émissions de Gaz à Effet de Serre (GES), c'est à savoir qui va vouloir "perdre de l'argent '' en premier, même pour la bonne cause.  Voir ici Maxime Bernier qui défend l'attentisme d'Ottawa pour vous en convaincre.  Pour le changement climatique,  tous se regardent et des jeux de coulisse se mettent en place.  Nous ne sommes pas entre voisins de palier, nous sommes une multitude de gens autour d'une table.  Les problème se règlent plus lentement et rarement seul contre tous.  J'aimerais que ça se règle plus vite mais cette course à ne pas se faire dépasser semble implacable. On devra patienter.  Au risque de manquer le bateau...

Et sur le  bateau, regardez la tempête au loin
En fait, je voulais en venir à un problème  plus prosaïque.  Et si, pour la prochaine tendance, nous trouvions que la surpopulation est un problème, qui croyez-vous qui va demander à ces concitoyens de diminuer son nombre d'enfant?  Si comme individu, il peut être facile de faire le choix, pour une société, volontairement diminuer son renouvellement, est une aberration.  Et si le voisin ne le fait pas?  C'est le nombre qui l'emportait.  

Si tout ceux qui ont une conscience écologique avait une envie irrésistible de ne plus se reproduire.  C'est ceux qui n'ont pas une conscience écologique qui se reproduiront et vont prendre la place et ... ( je vous le donne en mille)... ils ne poursuivrons pas les idéaux écologiques mis en place! Hé ! Maintenant vous trouviez que COP 15 n'avance pas assez vite à votre goût? Le dilemme de la surpopulation sera un vrai casse-tête...

C'est ça la course aux rats...faire le plus d'enfant et de peupler les espaces libres que les citadins des pays développés auront désertés.  Et la loi du plus nombre aura raison... que ça nous plaise ou non.


Pour élargir le débat:
Conférence de Copenhague sur  www.greenzer.fr/
Les billets environnements de François Cardinal sur  Cyberpresse.ca
Un point de vue catholique sur le contrôle des naissance sur www.1000questions.net
Un point de vue New Age de la surpopulation http://terresacree.org/anne.html

Une étude psychosociologique à la manière de Milgram fait par France 2 sur la pression du groupe sur un individu:  Quand la télé vous manipule

Deux article sérieux sur le développement durable et population, en français sur blog.penserdurable.com
et  en anglais de l'université de Stanford  sur e360.yale.edu
et bien sûr:  Wikipedia fr.wikipedia.org/wiki/Surpopulation

Sans oublier ce drôle de mouvement pour l'extinction volontaire de l'humanité
francais anglais

mercredi 24 février 2010

BLOGGER en panne !!

MAJ: 12h00  26 fev 2010 lien en espagnol
MAJ: 18h35 24 fev 2010 lien de Soufiane
Apres une journée à me débattre, j'ai pu finalement écrire sur BLOGGER pour faire un post.

Situation:  Vous cherchez a écrire ou modifier vos posts sur BLOGGER et la fenêtre reste inaccessible?

Voici des articles pour vous aider.  En francais,

Qué pasaba? no se podían crear nuevas entradas y/o editar las existentes. Nuestro amigo @geekmag20 nos pasó el siguiente dato de un blogger brasilero: En espagnol

la solution est écrite ici pour changer les menus d'éditeur défectueux (merci Soufiane)

En gros, une confusion chez google qui n'updatait pas le site.  On désactive le draft et on continue...

...ou comme moi qui n'était pas sur le draft, je l'ai activé et je l'ai désactivé et ça a marché!!

mais Soufiane propose de revenir à ''l'ancien éditeur'' et il nous donne le chemin pour le paramétrer..

Merci à Thierry Roget et son site  http://roget.biz/
pour l'info sur Draft

Merci a Soufiane Leblogger et son site http://www.leblogger.com/
pour l'info sur le paramétrage de l'ancien éditeur

Draft?  c'est ici  http://draft.blogger.com


Sisyphe par Titian
 ou
flessard et sa tâche d'écrire des posts à toutes les semaines


lundi 22 février 2010

Une individualisation dans notre grégarisme...

Notre besoin de facilité nous pousse à chercher à satisfaire nos désirs (ou y répondre). Le Flux procède de cette quête et cette quête génère le progrès. Nous irons donc toujours de l’avant vers une individualisation dans notre grégarisme...

Dans la brève histoire de la facilité, le Flux expliqué par P.Frazer est un élément à considérer (Flux expliqué ici).

Voici le lien de l'article qui m'a inspiré ce commentaire.

Il découle d’une réflexion ruminée depuis quelque temps. L’univers numérique abolit tant de barrières physiques que nous y observons ce phénomène d’accélération des désirs inassouvis de la facilité. Mais le temps implacable ne me permet pas de pouvoir l'exprimer plus longuement ici.  J'ose espérer pouvoir le faire le mois prochain...

Vous pouvez toujours vous rabattre sur un de mes premiers billets qui abordaient la facette numérique de la recherche de la facilité: Sublimer le réel 3 fois par jour.

vendredi 19 février 2010

Chronique d'une collaboration impossible

Ne demandez pas à un partisan de Yahoo de lâcher son courriel pour se logger sur Gmail et avoir la chance de collaborer dans Google Doc, vous faites fausse route. J'utilise Gmail pour la panoplie de services offertes comme l'agenda, Buzz ou Google Wave.  Le premier outil internet qui m'avait séduit fut Google Doc.  On peut y mettre un document Word et le partager et modifier en ligne. Collaboration et partage  les deux mamelles du web2.0 .    Formidable outil qui a rencontré son Waterloo la dernière fois que je l'ai utilisé.  Chronique d'une collaboration impossible: 

Le manuscrit perdu de  Jean Henri de Coene


Pour le contrat R**, nous  utilisions la vieille habitude d'envoyer par courriel  le document Word au service juridique en attente de leurs commentaires .  Ils nous revenaient avec des annotations.  Et plus il y avait de collaborateurs, plus il était difficile de garder la trace de la dernière version et de son identification.  C'est ainsi que la version du dossier Contrat_R** .doc était devenue:

Cont_R_Ver1.0-FL-du mardi_14,appByjP_corrected_JJ-02.3_final_2.0.1.docx

qui par la magie de la désorganisation, s'est retrouvée en deux versions finales dont la mauvaise fut envoyée par fax au client...


Cette fois ci, j'ai décidé d'utilisé la collaboration réseau de Google Doc.

-"Salut j'ai crée un document texte à partager pour le contrat T***,  sur Google Doc, on peut faire les corrections online! " , envoyais-je par Gmail à mon collègue du bureau juridique.

-"Ah c'est toi qui m'a envoyé ca? Je pensais que c'était du Spam" , dit -il en retour

-"et ... vous l'avez lu? ", demandais-je avec attente.

-"Lu..?  Ah non, j'ai jeté, pourquoi?"

- "C'était le lien pour accéder à la page.  Je vous le  renvois,  Low-Tech de mes deux! ", répondis-je en effaçant le dernier commentaire.

La semaine suivante, en l'absence de commentaire sur Google Doc, je le rencontre à ma pause-café.

-"Et alors, le contrat T*** sur Google Doc,vous en pensez quoi ?"

-"Pas vraiment lu, il me demandait un compte Google Mail que je n'ai pas."

J'ai failli recracher mon café sur son bureau en m'étouffant. C'est maintenant qu'il me le dit?

-"Créez-vous un compte Gmail et vous pourrez y entrer",  lui disais-je gentiment mais en pensant que ce Troll va faire foirer le contrat s'il ne donne pas son accord.

-"Ok, c'est comme si c'était fait!"

Effectivement j'ai vu qu'il avait consulté mon document Google Doc dans l'après-midi même:

-"Dossier modifié, super idée que ce Google Doc", m'écrivait-il.

Enfin je vais passer à la vitesse grand V  avec ce dossier.

La  semaine suivante, je devais faire des corrections et j'ai modifié de nouveau en ligne le document en lui envoyant  un message sur sa nouvelle adresse Gmail. Je n'ai pas eu de nouvelle pour deux semaines.

Lorsque je l'ai rencontré à la cafeteria:
-"Oui, c'était correct", me répondit-il innocemment.
-"Non, non, je parle du nouveau correctif apporté à l'alinéa B,  je l'ai intégré dans le document Google Doc. Je vous ai envoyé un message pour vous avertir du changement."
-"Ah oui ? J'ai un message?". Il dégaine son Blackberry  -"Non  je n'ai rien.. "
-"Oh oui, sur Gmail, j'ai..."!
-"Gmail? Ah Google Mail!  Ah bon , c'est que je ne le lis Gmail, moi j'ai un compte sur Yahoo."
-"Mais quel con!"
-"Pardon?"
-"J'ai dit:  je vous renvois le lien sur Yahoo", répétais-je exaspéré


Je lui envois le message sur son adresse Yahoo  lui demandant incessamment de venir voir la correction sur Google Doc et en prenant la peine de lui rappeler l'adresse du document telle que envoyée au tout début.

Il me répond:
-"J'ai beau cliquer sur le lien je ne vois pas la page, il me demande de me logger avec mon email mais ça ne marche pas!
-"Vous avez rentré votre adresse?"
-"Oui"
-"Et ça ne marche pas? "
-"Non !"
-"Avec votre adresse Gmail?"
-"Mon adresse Gmail?"
-"Bon, vous avez un compte Gmail ?  Oui ou merde?
-"Oui! Mais ça marche pas avec mon adresse Yahoo?
- "8-(   Non! C'est un produit Google qui fonctionne avec Google, allo allume!"
-"Je ne sais pas, je me suis inscrit sur Google, comme ça, pour voir ton contrat l'autre jour mais je ne me rappelle plus quel est le mot de passe!  J'avais pas fait attention à ce que j'écrivais."
-...
-"De toute façon je ne me rappelle même plus de mon adresse Gmail"
-."..Et bordel de merde,  et vous ne l'avez pas pris en note, connard ?
-"Non, mais j'ai une adresse sur Yahoo, tu peux me l'envoyer par email, je vais le regarder..."

Retour à la case départ.

Découragé, j'ai effacé le document sur Google Doc.
J'ai fait un PDF et l'ai envoyé . Il l'a imprimé,  a annoté et me la fait retransmettre par courrier interne.  J'ai dû tout retapé sur mon fichier Word pour le mettre à jour.

____
J'ai abordé la question de la guerre des messageries cette semaine.  Le désir d'unifier est très fort sur internet.  Mais pour l'instant Gmail gagne du terrain mais n'est pas au bout de ses peines.  Les gens ont choisi leur camp: celui de leur communauté.  Sur Yahoo, Hotmail, AOL et maintenant sur Facebook. Difficile de partager.  On ouvre pas pour le plaisir des adresses sur plusieurs plateformes pour rien.  Le courriel ne sera pas un identifiant unique. Juste une ID associée à votre communauté.

vendredi 12 février 2010

Un service e-mail pour les contrôler tous

 Les gens choissent de rester sur leur service de départ souvent par paresse de devoir déplacer des centaines de messages et contacts.  Le service de Buzz de Google vient de réactiver ce qui était pour moi une guerre oubliée.  Les offensives sont lancées.

 
Jupiter et Thétis, 1811
Jean Auguste Dominique Ingres (1780–1867) (1780)(1867)


Il y a un an, en janvier 2009, sur TechCrunch France , on écrivait :

"Google a lancé Gmail il y a 4 ans et c’est aujourd’hui le quatrième web mail après Yahoo Mail, AOL Mail, et Windows Live Hotmail. En 2009, la croissance a continué fortement. Selon les dernières données de ComScore, le nombre de personnes visitant Gmail a augmenté de 43%; soit 29,6 millions. YahooMail a eu une croissance en termes de visites de 11% (91,9 millions). AOL en deuxième place avec 46,6 millions de visiteurs uniques  tandis que Hotmail a baissé de 5% pour 43,5 millions."

Google n'a de cesse d'offrir des services ce qui a contribué à apporter de la clientèle à lui.  A l'automne dernier, Yahoo, toujours en tête, est passé à...
... 106 millions de visiteurs uniques (...), Microsoft et son service Hotmail reste toujours en deuxième position, avec 47 millions de visiteurs uniques.(...)  Gmail de Google connaître un succès grandissant, au point de désormais pointer à la troisième position, avec 37 millions de visiteurs uniques, contre 36,4 millions de visiteurs uniques devant AOL Mail. (source).
 
La progression de Gmail est assez prononcée pour voir que même Hotmail (en 2ieme) se fera dépasser dans 18 mois.  Yahoo reste grandement en tête.  Mais cela n'est rien si on le compare au reseau de Facebook (un peu plus de 250 millions d’utilisateurs).  Facebook a son propre réseau de mail et donc génère à lui seul plus de trafic que tous les autres réunis.

La bataille de Google est de rentrer dans les réseaux sociaux et de ramasser le pactole.  Buzz de Google est là pour ca.  Orkut et Google Wave semblent être des pratiques. Twitter pourrait en souffrir si Buzz devient un API qui pourrait être utiliser par n'importe quel utilisateur sur n'importe quelle plateforme. (voir mon billet : Pourquoi Buzz Gmail ne supplantera pas Twitter

Le e-mail n'est pas banal.  De plus en plus, les sites vous identifient uniquement avec ca.  C'est une sorte de signature unique. On ne pourra pas vraiment s'amuser à avoir plusieurs e-mails.  Comme pour les cartes de crédit, on finira par en utiliser qu'une (et en garder une deuxième, au cas où!)

 
Pour plus d'info:

Gmail continue sa croissance et se rapproche de AOL et HotMail

Avec Google Buzz, Google a t il trouvé l'arme absolue ?

Twitter poursuite sa conquete du Web mondial

Les reseaux sociaux plus populaire que l'email!

  et un amusant tableau périodique du net,  ici   (à voir!!) 

Pourquoi Buzz Gmail ne supplantera pas Twitter

Tout récemment, Google a donné accès a un nouveau service, BUZZ  sur Gmail, son service de messagerie.  Comme sur Twitter on peut y placer un rapide commentaire et voir ce que sa communauté en pense. Voyons pourquoi Twitter n'a pas à craindre BUZZ.

 
Bataille de Chocim en 1621 par Juliusz Kossak, 1892


Bon début de match
BUZZ serait un Twitter sur stéroïdes. Nous avons, enfin diront certains,  la possibilité d'écrire un court texte de plus de 140 caractères.  Avec Twitter, il n'y avait pas de place pour une phrase, mais juste une idée, et encore! Un lien tout au plus! Une phrase qui exprime une idée peut parfois aller chercher 200-300-400 lettres.  Avec Twitter on ne pouvait pas ''allonger'' un commentaire, il fallait tronquer et être hyper-concis dans son propos. Certains diront qu'avec Twitter on borborygme...Avec Buzz, vous pouvez vous dire votre pensée, quitte à diriger le lecteur vers son blogue pour approfondir l'idée.

On m'a souvent fait le commentaire que la limite de Twitter est calqué sur la limite donnée du SMS sur un mobile. En s'alignant sur cette technologie Twitter s'assurait d'une plus grande visibilité sur une multitude de plate-formes.

Faiblesse sur le terrain
BUZZ de Gmail est limité à mon compte Gmail.  Son nom le dit : BUZZ de Gmail.  Il va chercher les gens avec qui je communique le plus par email.  Mais le problème, c'est que la communauté Gmail n'est pas MA communauté, et encore moins une communauté qui va vouloir BUZZer avec moi .   Vous seriez bien surpris de savoir combien de mes contacts ne sont pas du tout intéressés par ce que je peux dire...ou encore d'être liés de près ou de loin à mes commentaires sur des réseaux sociaux.  Ce sont des contacts construits sur une autre logique, une logique de fonctionnalité, pas de réseaux sociaux.

Gym-mail
Gmail c'est comme un gym où je vais pratiquer mes abdominaux.  Toutes les belles filles qui s'élancent élégamment sur les machines sont membres de mon club mais je ne suis pas sûr que mes propos les intéressent. (Genre:''allo, les filles. Et le blogues deuxsecondes ca vous branchent?'')  Leur communauté, c'est les amies qu'elles rencontrent au resto-bar, après, pour se détendre...sans moi!
Gmail c'est mon gym, Facebook, Twitter ou MSN sont des resto-bars. Me dire que BUZZ est limité à Gmail c'est dire que je me coupe de tout ceux de ma communauté qui ont choisi une autre adresse de messagerie (yahoo ou hotmail)

J'ai donc le choix de buzzer qu'avec une communauté tronquée.  Pire, des anciens contacts de Gmail dont je ne veux pas garder contact peuvent me suivre en un seul clic. Sur Twitter, il faut qu'ils connaissent mon pseudo ensuite qu'ils s'inscrivent et me follow. Bonsoir la galère.  Idem pour Facebook, avec en plus la possibilité de les bloquer comme un Portier à l'entrée d'un Bar Privé.  Buzz de Gmail se permet de me suggérer des noms et m'affilie à l'aveugle sur les contacts les plus sollicités. Suis-je intéressé par cette affiliation.  Oh que non... Pas d'intérêt à ce que mon courtier d'assurance, mon boss, la secrétaire ou un client soient sollicités pour voir mon réseau social que je développe en parallèle (surtout si cela n'a pas rapport à ma job). 

 140 caractères
  Twitter a un effet bandtrain pour lui.  Il a l'avantage d'être ouvert à tous et personne ne va le quitter pour s'enfermer avec BUZZ et se limiter .  Si Buzz était un API qui s'installait chez la messagerie concurrente et pouvait être cross-plateforme alors je suis sûr que le fait de pouvoir écrire plus de 140 caractères pourraient être une menace pour Twitter.
Il ne faut pas se leurrer: à vouloir se limiter à 140 caractères, c'est un choix arrimé au SMS.  Quand le SMS sera archaïque, la limitation n'aura pas de sens. Avec l'arrivée du 3G+ , des iphones, ipads  et toute une panoplie de mobiles plus intelligents les uns que les autres, est-ce que de nouvelles fonctionnalités adaptées aux nouvelles bande-passantes ne feront pas regretter Twitter son choix?  

Buzz est un Twitter gonflé à bloc pris dans une cage : ca ne vole pas loin ce genre de moineau-là. Quand on pense à Google Wave qui n'a pas encore de notification on voit bien que Google n'a pas compris certains détails essentiels pour s'imposer.

mardi 9 février 2010

Cinema vert canadien, petit aperçu

L'industrie du divertissement médiatique, dont le cinéma n'est pas en reste, embarque avec cette vague verte qui submerge nos gestes d'occidentaux.  On peut bien s'amuser à faire du divertissement mais on peut aussi le faire intelligemment avec des gestes éco-responsables.  Petit tour d'horizon sur la question.

Auguste Toulmouche (1829–1890)-Le baiser(1829)(1890)


Green Code Project de Montréal
Le Projet Code Vert veulent donner à l'industrie du médias un certain code de conduite en établissant des pratiques de travail plus écologiques et durables. C'est une de production de Montréal (Rapide-Blanc) qui a eu l'idée de mettre sur pied ce projet.  Marie-France Coté développait un projet de documentaire sur la protection de l'environnement et lors des réunions avec ses collègues,il était devenu évident qu'ils devaient mettre en pratique ce qu'il allait filmer.  Le Code Vert à fait boule de neige et déjà des gros joueurs, comme l'ONF entre autre.  L'approche qui est privilégié est de partager un code d'éthique.  Et cela n'est pas restreint pour Montréal.

Green Screen Toronto
Une autre industrie au pays s'est mise au vert.  Un site propose même de regrouper les ressources qui appuient une conduite respectueuse de l'environnement.  Beaucoup de partenaires et beaucoup de bonnes initiatives sont mis de l'avant.   Bien sûr, ce sont des intentions et il faudra voir sur le terrain si cela est mis en pratique.  Il faut comprendre que cet industrie vit sous pression et que si chaque geste compte, elle compte aussi en sous. Dure de concilier argent et bonne intention. Donc une pratique écologiquement sensé peut être économiquement dispendieuse.  Le Green Screen Toronto propose des guides en download pour aider a se faire une idée de l'impact de leur industrie sur l'environnement.

Reel green BC le North Hollywood
A l'autre bout du pays, à Vancouver,  l'industrie du film et de la télévision s'est donné un portail pour  se préoccuper de l'empreinte écologique de leur production.  Le site semble maigre par rapport à ce centre industrielle qui draine beaucoup de production Hollywodien (on l'appelle le North Hollywood).   

L'impact principal de l'industrie est l'utilisation de l'énergie électrique. Si vos studios se branchent sur une centrale au charbon, votre filière économique est entaché de CO2.... Un bon point pour Hydro-Québec

vendredi 5 février 2010

Les videos vendredi: climatoscepticisme

Il faut quand même chercher a se donne plus de point de vue, je vous laisse juger par vous-même de videos qui s'offusque de ce que certains appellent le Changement Climatique de la Peur.

Le réchauffement de la planète une escroquerie (VOF)



La grande fraude du réchauffement climatique (VF en 7 parties)


OTHER side of Global Warming debate (VOA)


Global Warming - Some Real Science - Hmmm Imagine That! (VOA)



Mais selon Jean-Marc Jancovici, spécialiste du climat et fervent défenseur de la "fiscalité carbone", (je parle de son site dans mon billet"...le climatoscepticisme n'est pas un courant organisé " dans un interview accordé à JDD

Et vous, ca vous questionne? Dites moi ce que vous en pensez!

mardi 2 février 2010

Ni chaud ni froid avec MacLuhen

Grand prophète parmi les grands prophètes, MacLuhen (1911-1980) m'avait toujours embêté lorsque je passais mon Bac en Communications, dans ma tendre jeunesse. C'est lui qui a dit que '' le medium est le message''. Dans le fond je n'étais pas très ouvert à ses propos qui n'avaient pas de sens pour moi mais historiquement on ne pouvait pas le contourner.
 
La galerie de Cornelis van der Geest
par Willem van Haecht 1628

Il parlait pour parler, selon moi ( qui se souvient de sa division des mass-medias en chaud et froid?) et s'il avait été sur Twitter à l'époque il aurait eu 10000 followers. Un buzz c'est un buzz : Dire que ''le message, c'est le massage'' ca rentre bien sur 140 caractères et ça se RT (reTweet) très bien. Je suis bien content d'avoir pressenti que je ne me trompais pas, surtout apres avoir lu ce que Edgard Morin et Umberto Eco estiment de sa pensée.
Suivez le lien ci dessous, il exprime clairement comment repositionner ce cher Mac Luhan... Intéressant. C'est quand même lui qui a parler de village globale bien avant l'internet.

McLuhan “le prophète de l’âge électronique  sur le site de Huyghe infostratégie



Pour approfondir sur ce théoricien canadien anglais,

Clip de 30sec de Histori.ca pour vous mettre en contexte
clip audio sur Radio-Canada (parmi 17 choix)
Son site officiel   (anglais)
Sur wikipedia
Et pour finir, un site d'un ancien étudiant qui, lui, semble l'avoir compris, pas moi. Il lui fait un hommage et donne d'autres signets sur le sujet, forts pertinents.






Aparté pour un ami en Europe: ''Hey Renaud M.,   McLuhen ca nous ramène loin en arrière!''

lundi 1 février 2010

Les doux rendez-vous manqués

Il est de ces périodes de temps où la montre se joue de nous. 

Je salue bien bas ceux qui me suivre. Mais il me faut comprendre que trois rendez-vous par semaine c'est une cadence qui ne pourra pas être respecté ce mois-ci. 

Je vous propose donc de nous voir tous les mardi et vendredi, aux premières heures du matin pour la suite de mes réflexions.

N'hésitez pas à laisser un commentaires ci-bas pour me signifier votre encouragement (à coté du mot réactions, vous pouvez aussi cocher votre perception de mon blog en générale).

Vous pouvez aussi vous abonner a mon fil RSS et/ou devenir membre de mon blog.

 
Portrait du poète Armand Sylvestre (1894) , 
qui lui, le chanceux,a deux fois plus de muses pour l'inspirer

jeudi 28 janvier 2010

RIM2010

Le temps file et il n'est pas possible de vous entretenir sur de long sujet aujourd'hui.  J'ai tombé sur une belle page interactive des dangers qui guettent l'humanité dans sa course au bonheur et leur interaction.  Elle a été crée  par le World Economic Forum.

Vous pouvez le consulter ici.

mercredi 27 janvier 2010

20 petits beignets et puis je meurs



La cause à effet dans un lointain future n'est pas chose aisée.
 
Pentagruel par Francois Rabelais

Je mange 20 beignets fourrés au caramel par jour. Après 20 ans, si je meurs d'une crise de coeur, vous pouvez affirmer que c'était la faute aux 20 beignets par jour.

Je mange 20 beignets fourrés au caramel par mois. Après 20 ans , si je meurs d'une crise de coeur, vous pouvez penser que c'était un peu trop 20 beignets par mois, mais c'est plausible qu'il y ait autre chose.


Je mange 20 beignets fourrés au caramel par an.  Après 20 ans , si je meurs d'une crise de coeur, vous  pouvez dire que ce n'est pas beaucoup 20 beignets par an! Gardez en mémoire cette dernière remarque.

Le beignet fourrés au caramel est dangereux seulement par la fréquence.  Le geste auto-gratifiant d'entrer cette pâte gluante dans la bouche et de sentir le caramel dégouliner sur les joues, outre que c'est une description à lever le coeur, ce n'est pas à proprement parler un geste d'auto-mutilation.  Et pourtant, trop de beignet par jour, c'est un plaisir immédiat qui, pourtant, vous rapproche de votre tombe; c'est un image.  Si vous aviez su que x beignets par x période est la limite que votre corps peut absorber sans conséquence vous auriez fait attention.  Mais on ne sait ça que a posteriori

Reprenons le problème à l'envers

Je mange 1 beignet fourré au cyanure par jour et je meurs après la première bouchée.  Vous pouvez affirmer que, sans trop vous tromper, ce n'était pas une bonne idée de le manger si on tient à la vie.

Je mange un beignet fourré au cyanure par mois et je meurs après la première bouchée.  Vous pouvez affirmer que,  sans trop vous tromper , fichtre, 1 fois par jour ou par mois, c'est la première bouchée qui était de trop.

Je mange un beignet fourré au cyanure par an et je meurs après la première bouchée.  Vous en avez marre de ce manège, qu'on enlève ce panier de beignet au cyanure et que l'on envoi ce blogueur à l'asile.

Donc une cause à effet évident apporte des solutions évidentes.  Personne ne mange des beignets au cyanure, ne vous lancez pas dans ce commerce...

Mais dans la vie il n'y a rien d'évident et le cause à effet, surtout à petite dose donne du fil à retorde.  Dans le cas du beigne au caramel, mon action n'affecte que moi. Mais si, puisque vous voulez m'envoyez à l'asile, soyons audacieux, le petit beignet entrerait sans qu'on le sache dans un estomac commun à tout le monde.  Alors reprenons le cas du début mais en changeant quelques petits détails...



Un exemple parmi tant d'autres
Je prends, tu prends, il prend, nous prenons, vous prenez, ils prennent leur voiture 20 fois par jour . Après 20 ans, il se passe quoi? Ça fait combien de CO2 dans l'atmosphère?
Au delà de ce geste auto-gratifiant de se déplacer plus vite, outre que le pétrole serait plus utile à fabriquer des produits que de le bruler bêtement, on n'a pas personnellement à proprement parler fait un geste d'auto-mutilation de l'écosystème.  Il y a un plaisir immédiat qui pourtant nous rapproche de notre tombe; c'est un image.  Si vous aviez su que x litres par x jour est la limite que notre atmosphère peut absorber sans conséquence vous auriez fait attention.  Mais on ne sait ça que a posteriori.

Nous sommes 6 000 000 000 d'humains qui prennent 20 petits beignes par année dans le même estomac. On ne peut plus dire que ce n'est pas beaucoup 20 beignets par année.

lundi 25 janvier 2010

L'aube des survivants, ou le Post Peak Blood comme allégorie

J'aime bien les scénaristes d'Hollywood, ils nous livrent l'inconscient collectif de la population Nord-Américaine si on y prend la peine de décortiquer leur message.
J'ai vu le film cocasse (classé suspense d'épouvante) 'L'aube des survivants' / Daybreakers (ici pour le trailer modifié). Les réalisateurs, les Frères Spierig, sont partis d'une prémisse forte audacieuse: A quoi ressemblerait notre civilisation si les vampires devenaient plus nombreux que nous.
Le suspense, c'est de voir si le scénario tiendrait ses promesses et l'épouvante c'est de le voir tomber vite dans les clichés soporifiques après le premier tiers.  Mais le cinéma américain est tellement plus intéressant à décrypter au second degré.  Et, ma foi du bon Dieu, vous serez surpris de ce que j'ai pu y trouver.  

Chasser les oiseaux dans la nuit  Jean-François Millet (1814–1875)



Une allégorie Hollywoodienne du Pic Pétrolier
Ici, le film s'ouvre sur une situation critique: l'humanité vampire n'a qu'un mois de réserve de sang avant l'extinction.   A vouloir trop mordre les humains et boire leur sang ( et donc les transformer en d'autres vampires ), ils ont abusé de leur ressources non-renouvelables. Et voila que le point de non-retour est franchi, la pénurie les guette tous.  La date? 2019! (oh, le beau cas de message caché des scénaristes, c'est dix ans après COP15 de Copenhague qui lançait un message inquiétant sur le changement climatique et notre civilisation qui ne saurait gérer ses ressources convenablement). Le ton est lancé, les vampires, c'est l'occidental moyen assoiffé d'énergie fossile à bas coût et haut impact atmosphérique.  
Donc le Pic du Sang ( vous l'avez compris, vous aussi, c'est de notre pic pétrolier dont on parle ici) est depuis longtemps franchi dans ce film. 
-Comment les vampires vont se sortir de ce merdier dans lequel  ils se sont mis, notais-je sur mon Iphone.

L'immortalité vous va si bien
Comme allégorie de notre civilisation, les scénaristes ne pouvaient pas trouver mieux: les vampires ont le pouvoir d'immortalité. Quel pouvoir! Je veux être vampire! Pourquoi dans ce film, refuserait-on de se faire mordre pour l'avoir? Et donc, en clair, je décrypte : la maîtrise d'énergie fossile nous procure un tel pouvoir de générer des richesses qu'on ne peut pas reprocher aux autres peuples en voie de développement de vouloir l'acquérir  et, ce,  au détriment de la gestion des ressources terrestres. OK, je note, je note.


Le sang renouvelable

Les autorités de la société vampire cherchent avec acharnement un substitut de sang pour nourrir sa population (je vois bien des éoliennes et le solaire pour nous aider)  mais trop peu trop tard dans le film (ici Greenpeace aurait pu avoir raison).  

-Nous ne sommes pas prêts d'accepter l'énergie renouvelable. nous télégraphient les frères Spierig.

Tout simplement parce qu'il n'y a pas d'énergie comparable, et à coût égal, à ce que fournis le pétrole (lire Pourrions nous vivre comme maintenant avec juste des renouvelables ?) Tellement pas prêt que lorsqu'on administre à un vampire lambda du sang reformulé, il explose littéralement (oui, les tripes partout sur les murs!) On ne pouvait pas mieux faire comme allégore...ie. )

L'illumination écologique
Le héros du film, Ethan Hawke, un charmant vampire en pleine crise existentialiste (boire du sang ou  ne pas boire?) rencontre un ex-vampire qui a réussi à redevenir humain, Ô Miracle!, personnifié par l'incroyable William Defoe (incroyable, pour avoir osé embarquer dans ce film). Et là on nage en plein délire. Un vampire pour retrouver son humanité (comprendre: se sortir de notre addiction au pétrole)  se doit d'être exposé au soleil, pourtant mortel pour eux, un certain temps.  Une partie du film se passe à trouver la bonne durée. Le temps pour moi de faire le décompte des emprunts bibliques:


-Le soleil, mmm, symbolise Dieu, et ...mmm, petite barbichette, air intègre, William Defoe surnommé Elvis (voir photo ci dessus)  tel un Jésus  semble être envoyé sur Terre pour sauver l'humanité. Donc la solution c'est l'illumination/révélation spirituelle, religieuse et divine. On a dit aussi que le vrai Elvis n'est pas mort (résurrection?) mais ça ce n'est pas dans la bible.


-Mordre un humain c'est...multipliez-vous, remplissez la terre et soumettez-là, Genese (1-22)

-Le chrédo Chrétien de Nicée ne disait-il pas: J'attends la résurrection des morts  et la vie du siècle à venir? (un vampire ca n'a pas de battement de cœur). Ça ne s'invente pas tout ça.

-Et le Jésus-Elvis-Defoe, il se balade avec une arbalète pour lancer des mini-pieux dans le cœur des vampires trop curieux. L'arbalète et le pieu, forme apparenté: la croix et les clous. Je note, je note. 

Le héros vampire Ethan Hawke (photo ci-contre avec l'arbalète )  comme le premier apôtre André, lâchera tout et suivra notre Jésus-Elvis-Defoe dans la quête à redonner une seconde humanité à ce monde, et de nouveaux apôtres. ( Ils rencontreront leur Judas, Marie-Madeleine sera là aussi et j'en passe)
Ouille, heureusement que l'on ne retrouve pas les ayant-droit de la bible, il y aurait viol de copyright. Et ne soyez pas tout déboussolé car Jésus-Elvis-Defoe adore rouler dans de grosses cylindrés hautement consommatrices.  Ça, c'est pour brouiller les pistes de l'allégorie, mais un  blogueur perspicace comme moi voit leur jeux.


Attendez, il y a mieux.

Par le Saint-Esprit
Pas besoin de l'illumination et de passer un sale temps sous le soleil pour être converti . Il suffit d'embrasser la cause à pleine mordée. Et oui!  Si un vampire mord un ex-vampire,  il redevient humain.  La Solution est simple?  Que nenni. 
Un vampire subitement redevenu humain attire la convoitise d'autres vampires assoiffés en ces temps de pénurie sanguine.  Et c'est le carnage. On ne mord plus. On arrache, on déchiquette, on démembre.   Tels les premiers chrétiens jetés en pâture dans les cirques romains, les nouveaux ex-vampires seront massacrés à leur tour (mais feront transmuter leurs persécuteurs). Ah, la Foi quand tu nous tiens! 
L'implosion de la civilisation (vampire ou occidentale), mes amis, tel est la perspective qui nous attends!!

Et mathématiquement , même si les vampires sont plus forts et nombreux, le dernier à mordre sera quand même converti, la secte des illuminés gagneront. (Les derniers seront les premiers . Qui a dit ca? Mmm?). Laissons-nous toucher par le Saint-Esprit et dans l'hécatombe ultime -la guerre mondial pour les ressources-, Dieu reconnaîtra les siens.




La main spirituelle qui prend sa revanche sur le cœur de la science
-Le sang-substitut n'aurait-il pas pu les sauver du carnage, me diriez-vous,  et préserver leur mode de vie éternel? (Ne pourrons -nous pas trouver des alternatives énergétiques moins polluantes pour combler tous nos besoins? dirait votre inconscient)

Et bien, les auteurs du film ne pensent pas que c'est importent de croire ou non aux énergies alternatives.  A la fin, un vampire scientifique, plus malin que les autres, avait réussi à fabriquer un sang artificiel et qui aurait pu tout régler.   Mais, devinez quoi, le Jésus-Elvis-Defoe  lui plante un pieu dans le cœur.  Il faut bien éliminer la concurrence.  La religion et la science, ca n'a jamais fait bon ménage.

  
Ce qu'il nous faudrait, c'est une bonne guerre
 Ha bon? La solution passe par la grâce divine pour métamorphoser nos problèmes industriels? C'est donc à ça que pense l'inconscient collectif, avec un vieux fond religieux conservateur?  Malgré les avertissements de brûler nos ressources au delà du point de non-retour, il faut abandonner tout espoir techno-scientifique et se tourner vers la religion pour notre rédemption? Et qui s'occupera du day-to-day?
Oui, je suis d'accord que notre mode de vie non-généralisable doit passer par une sublimation de nos désirs individuelles pour un avenir collectif plus harmonieuses. Mais là, ''laissons les choses aller, -une bonne guerre quoi!- , il en restera bien quelque chose?'' La philosophie du Léviathan de Hobbes revisité par les Frères Spierig: laissons le contrat sociale d'effrité  et l'ecclésiastique reprendra le flambeau!

C'est ca que je n'ai pas aimé de ce film...

De toute façon, je relis mes notes sur mon Iphone et c'est complètement illisible, mes gros doigts ne s'habitueront jamais à ce clavier virtuel.

vendredi 22 janvier 2010

vendredi video I

Voici le temps de mes vendredi videos:

1) Une petite parodie en jeu video sur le changement climatique.



2) Un détournement de Tintin pour parler du Pic pétrolier avec humour (ici, et pour finir ici) . Un classique que j'aime lire et relire de temps en temps.



3) Et la récupération par BIC de la faible capacité des jeunes à s'exprimer. Ici le sujet de l'effet de serre est écorché.


Bon week end