vendredi 19 mars 2010

Ecotourisme et avion

 L'écotourisme n'est pas un concept adopté par tout le monde.  Et faire un voyage pour aller dans le sud en utilisant un avion peut, à prime abord , aller à l'encontre de ce concept.

  A partir du moment que vous acceptez l'idée qu'il faut réduire son impact CO2, il n'a pas moyen d'utiliser l'avion sans impact carbone majeur  Adieu le sud pour une semaine!  Il faut y aller en vélo, en bateau ou en voiture électrique! Et surtout:
prendre 1 mois de congé à vos frais!!

Ce n'est plus du paradoxe, on sombre dans la dissonance cognitive! Car tous vos éco-gestes de l'année seraient largement annulés par ce voyage...Faut-il avoir la force de ses convictions? Ou accepter les facilités que nous proposent notre époque?

Dessin de Hellgrewe Rudolf (1860(1860)–1935(1935))

Pour développer sur le sujet:
Le billet de Anne Gouyon nous donnant simplement des pistes prospectives sur le sujet
dessine moi un avion ecolo

Sur le tourisme de masse, une traduction française d'un article du Wall Street Journal:
Le touriste tenté par la classe ecologique

Et pourquoi pas:
le routard a toujours été durable   pour son paragraphe L'insoluble dilemme de l'avion.

Ou ce blog québécois http://blogues.guidesulysse.com/tourisme-responsable/

Et pour finir il y aura en France le premier forum du tourisme responsable
(du 11 au 13 juin à Chambery)


4 commentaires:

virginie a dit…

Avant d'utiliser des termes comme "dissonance cognitive" qui ne veulent rien dire pour la plupart des êtres humains,essayez d'écrire la première phrase de votre texte en français...

François Lessard a dit…

J'ai pris note de vos commentaires et modifié la première phrase. J'en ai profité pour donner un lien sur le mot Dissonance Cognitive. Cela aidera ceux et celles qui désirent en savoir plus sur ce mot.

Anonyme a dit…

J'arrive près de trois ans en retard sur ce commentaire, mais il m'est avis que c'est celui qui ne comprend pas qui doit faire la recherche, car pour celui qui connaît "dissonance cognitive" la phrase prend tout son sens. Cela dit la réponse est courtoise et bien à propos.

François Lessard a dit…

Effectivement, je ne me rappelle plus quelle était la faute de français au début de ma phrase , mais je suis d'accord que mon "mot compliqué" n'est pas compliqué .
Je ne crois pas en fait que c'est le propos du commentaire. Elle semble réagir au fond de mon texte et par réaction s'attaque à la forme. Ce qui ne laisse pas beaucoup de place à une discussion constructive.

De toute façon, j'ai cessé de publier sur ce blogue . Depuis 2010, il est clair que les réseaux sociaux ont pris la relève. C'est là que se passent les débats, plus sur les commentaires des blogues.